Sur les pas de Vincent van Gogh
Tourisme « SUR LES PAS du peintre hollandais VINCENT VAN GOGH » à Arles, Auvers-sur-Oise, Paris et Saint-Rémy de Provence.

Categories

Accueil > Vincent van Gogh > Photographies > Photographie de Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile (...)

2 mai 2015

Photographie de Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard

Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard, vers décembre 1887 dans la cour de l’Auberge Blanche...

Vincent van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Emile Bernard...

© Crédit photo : Serge Plantureux

Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin, Félix Jobbé-Duval, Émile Bernard.
Debout entre eux : André Antoine, légèrement en retrait, probablement Arnold Koning.
Paris, dans la cour de l’Auberge Blanche, vers décembre 1887
Mélanotype (image positive directe au collodion sur carton photographique), 88x119 mm, tampon “Gautier Martin” au recto.

Cette photographie exceptionnelle est l’une des rares connues à ce jour de Vincent Van Gogh.

Assis autour de lui : Paul Gauguin et Émile Bernard, qui ont séjourné à Pont-Aven, portent tous deux le « bragou berr », pantalon court et légèrement bouffant traditionnel de cette région.
Assis à côté de Gauguin, le peintre breton Félix Jobbé Duval, son vieil ami intime qui lui a indiqué Pont-Aven. Provenance : Ronald Davis, libraire attitré de Myriam de Rothschild.
Paul Gauguin n’est à Paris que pendant quelques semaines de la mi-novembre 1887 aux environs de la fin janvier suivant. Émile Bernard, Félix Jobbé-Duval, André Antoine et Arnold Koning sont également présents dans ce court intervalle. Vincent Van Gogh ne part pour Arles qu’en février 1888.
Ils se retrouvent dans la cour du 96, rue Blanche où André Antoine, créateur du Théâtre-Libre avait convié les jeunes artistes novateurs à exposer dans sa nouvelle salle de répétition. Trois artistes ont répondu à l’appel relayé dans le Cri du Peuple du 7 septembre précédent : Georges Seurat, Paul Signac et Vincent Van Gogh pour qui cette participation représente l’aboutissement de son séjour parisien. La présence de son tableau “le Jardin avec amoureux” à un accrochage concurrent de l’exposition de groupe alors en cours au Grand Bouillon, Restaurant du Chalet, 43 avenue de Clichy provoque une dispute avec Émile Bernard. Le souvenir de ce différend nous est parvenu à travers une longue et belle lettre de Vincent qui reste une rare source d’information sur cette exposition.
À cette occasion, Vincent Van Gogh accepte de poser avec ses amis. Il a déposé son curieux chapeau en “poil de lapin” au beau milieu de la table. Avant son arrivée à Paris, il a voulu rendre son aspect physique plus attirant et a fait refaire toute sa dentition. Ce n’est qu’après cette “opération esthétique” qu’il a entamé sa longue série d’autoportraits.
En retrait, portant une casquette, on distingue peut-être Arnold Koning, qui vient d’exposer avec le Groupe du Petit Boulevard.
Ce collodion intime et émouvant, retrouvé dans l’archive d’un grand libraire des années folles, nous dévoile ce groupe d’amis conversant.
Ils sont en train de révolutionner le monde de l’art.
A Paris, Vincent Van Gogh déploie une énergie considérable pour rencontrer les peintres et puiser de nouvelles techniques et sources d’inspiration.
Son allure, celle d’un “bouvier à la toque de fourrure” tel que le décrit Gauguin, contraste avec son incroyable érudition. Sa gentillesse et sa vive intelligence feront très vite de lui l’ami de tous. Vincent est un habitué de la boutique du père Tanguy, il y rencontre de nombreux peintres d’avant-garde. De longues conversations animées avec tous ces peintres ont souvent lieu à Montmartre, dans les multiples cafés et auberges.
Un mouvement artistique agitait particulièrement Paris : le divisionnisme de Georges Seurat et de son ami Paul Signac. Vincent est conquis — “Seurat est le chef” dit-il, essuyant ainsi les critiques de Bernard qui tenait en horreur des divisionnistes. Vincent, lui, rêvait d’une association d’artistes et ne comprenait pas ces “désastreuses guerres civiles”.


Cette photographie figurera à notre vente publique d’été daguerréotypes, calotypes, autochromes, photographies documentaires.

Photographie de Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin et Émile Bernard...


Vente aux enchères à Bruxelles le 19 juin 2015 à 14 heures

EXPOSITIONS PUBLIQUES

À Paris, 5, rue du Perche, près du Musée Picasso
Du 03.06.2015 au 08.06.2015 - 10 h-18 h nocturne vendredi 05

À Bruxelles, 40, rue de l’Aqueduc, près du Musée Horta
Du 12.06.2015 au 19.06.2015 - 10 h-18 h nocturne mercredi 28
 

Partager